Untitled Document

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dâ€â„¢Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d?Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d?Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 Accueil > A la une 2 > Elections législatives : le doute s’installe au Palais

Elections législatives : le doute s’installe au Palais

Xibar.net - Saura-t-elle utiliser la situation à son profit ? En tout cas si l’opposition arrive à s’entendre globalement sur une large liste pour briguer les suffrages des Sénégalais aux prochaines élections législatives, elle pourrait bien imposer au pouvoir en place la cohabitation au cours de la prochaine législature. Car outre les querelles et batailles internes, le camp présidentiel en est maintenant à douter de l’issue de ce scrutin.

Et c’est le Directeur de cabinet du chef de l’Etat en personne, Omar Youm, qui a soulevé l’hypothèse des conséquences de leur possible défaite. Bien avant lui, le Premier ministre Dionne avait conjuré cette possibilité, en suppliant des populations de Tivaoaune de voter en faveur du camp présidentiel, pour que les projets esquissés pour leur ville puisent se réaliser. C’est pour tenter de ne pas se retrouver dans l’impossibilité de gouverner le pays après le mois de juillet prochain que le Président Sall a décidé de battre campagne dès mars prochain, en prétextant des « tournées économiques » et des conseils de ministres « décentralisés ».

Mais, pourvu que les électeurs ne le jugent sur la base de leurs réalités quotidiennes, rendues plus difficiles par la flambée des prix des denrées de première nécessité, parmi lesquelles le riz, l’huile et le sucre ; tandis que le chômage en progression vertigineuse bascule bien des jeunes dans la délinquance et la drogue et expose les femmes à la prostitution déguisée ; ceci tandis que c’est la bamboula et le népotisme dans la famille du Président, où même les « griots » se distinguent par leur insolence. C’est donc dire que le camp présidentiel a vraiment de quoi douter au sujet de l’issue du prochain scrutin, qui déterminera l’élection présidentielle de 2019.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d'Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d'Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

































































































































































NOS VIDEOSNOS AUDIOSNOS MUSIQUESAUTRES LIENS